Face à l’engouement des épargnants Français vis-à-vis des fonds d’épargne immobilière que sont les SCPI, nombre de conseillers en gestion de patrimoine cherchent à comprendre les véritables intérêts qu’ils portent à ces placements.

Pour ce faire, certains d’entre eux ont pris l’initiative de réaliser des enquêtes basées sur l’investissement dans la pierre papier en s’adressant directement aux porteurs de parts de leur propre composition.

1ère édition du baromètre de BNP Paribas

Après Perial Asset Management, c’est donc au tour de BNP Paribas REIM d’établir son premier baromètre en s’inspirant du fruit du travail d’enquête qu’il a récemment confié à Odoxa et effectué auprès des détenteurs de parts de ses propres SCPI. L’étude livrée par le spécialiste en conseils immobiliers a permis entre autres de revenir sur les critères d’attractivité ainsi que les comportements des candidats à l’égard de ses supports.

Parmi les repères vers lesquels s’orientent le choix et la préférence des souscripteurs se profilent notamment les parts de fonds collectés pour la constitution du patrimoine. Ces éléments qui d’après les informations, rapportent que 3/4 de souscripteurs investissent actuellement à moins de 50 000 euros.

SCPI : Un placement accessible au plus grand nombre

BNP Paribas s’informe continuellement sur les attentes et les avis de ses clients. C’est une manière pour le professionnel de rester attentif aux évolutions de leurs besoins et de noter toutes les recommandations susceptibles d’améliorer ses offres. C’est à ce titre également qu’elle a tenu à passer au peigne tous les éléments affectant le choix d’investissement dans la pierre papier en mettant en place son propre baromètre.

De surcroît, la réalisation de ce sondage a permis de faire un aperçu très clair de l’état actuel, en l’étayant par des données recueillies auprès des souscripteurs de ses propres SCPI. C’est donc au total 2 559 clients (directs et indirects) passés à l’interrogation qui ont fait part de leurs réponses et de leurs opinions. Le premier enseignement de cette 1ère édition est que les SCPI offrent une énorme flexibilité d’apport selon les profils et la situation patrimoniale des souscripteurs. Pour le cas des SCPI commercialisés par le Groupe notamment, 3/4 des détenteurs de parts investissent à moins de 50 000 euros.

Dans le détail, 42% investissent à moins de 25 000 euros. 48% détiennent des parts dont la valeur est comprise entre 25 000 euros et 50 000 euros, si 16% misent sur un apport supérieur à 50 000 euros. Seuls 10% investissent au-delà de 100 000 euros. Ces chiffres démontrent que les produits de BNP Paribas restent largement accessibles à tous les budgets. Et plus généralement, il semble avéré qu’une bonne partie des investisseurs (52%) emprunte davantage cette piste pour se constituer un complément de revenus, préparer leur retraite et diversifier leur capital.

La SCPI, un placement attrayant

Au vu des chiffres précédents, il apparaît donc raisonnable que les investisseurs se ruent de plus en plus vers les SCPI. Ces supports qui font figure de placement sûr et rentable conquièrent la confiance des épargnants et s’accordent un taux de fidélité fort appréciable auprès de ces derniers. Selon l’étude, 77% envisageraient même de maintenir la part allouée à ce type de placement au même niveau dans les prochains mois.

Par ailleurs, les souscripteurs qui comptent de faire augmenter cette part (18%) l’emportent sur ceux qui seraient pour une diminution (4%). Côté attentes, les investisseurs prêtent particulièrement attention aux performances de ces produits qu’ils privilégient avant toute autre information (fiscale, conseil en investissement ou nouvelles acquisitions). Enfin, les SCPI dans leur ensemble doivent prendre en compte le poids des frais d’entrée qui constituent un obstacle à l’achat de nouvelles parts, et diminuent significativement les recettes potentielles.